Histoire des obligations d’épargne

Les obligations d’épargne américaines sont l’un des investissements les plus populaires depuis leur introduction en 1935 par Henry Morgenthau, Jr., alors secrétaire au Trésor. Conçues pour donner aux petits investisseurs le moyen de rentabiliser leur argent, tout en bénéficiant de la garantie absolue des États-Unis, les obligations d’épargne ont également fourni au Bureau de la dette publique un autre moyen de financement pour financer les opérations quotidiennes du gouvernement. . Cet arrangement gagnant-gagnant a été la base du succès du programme d’obligations d’épargne et explique pourquoi, même aujourd’hui, ils restent des cadeaux et des investissements populaires.
Titres non négociables: ce qui rend les obligations d’épargne uniques

Les États-Unis ont toujours émis des dettes remontant à la guerre d’indépendance. Ces obligations étaient toutefois négociables. Cela signifie que ceux qui avaient initialement prêté l’argent au gouvernement en échange d’une obligation portant intérêt, pourraient ensuite vendre cette obligation à un autre investisseur sans que le gouvernement soit impliqué dans la transaction. Si les taux d’intérêt étaient plus élevés, l’investisseur devrait vendre l’obligation à escompte pour compenser le fait qu’elle gagnait moins d’argent que les nouvelles obligations disponibles.

(C’est l’une des bases de l’investissement dans les obligations; lorsque les taux d’intérêt augmentent, la valeur des obligations diminue et vice-versa.) Plus l’échéance de l’obligation est longue (c’est-à-dire quand l’obligation devait être remboursée intégralement et que les paiements d’intérêts cessent) plus la “durée” du lien est grande. Plus la duration est longue, plus le prix de l’obligation réagit avec violence aux variations des taux d’intérêt.

Pour les petits investisseurs, la situation n’était pas idéale. Un agriculteur ou un enseignant voudrait un endroit pour garer son capital jusqu’à ce qu’il en ait besoin pour payer ses dépenses d’éducation, construire une grange ou offrir un cadeau aux enfants qui se marient. La fluctuation des prix des obligations représentait un défi unique. Certes, la classe capitaliste pouvait se permettre de prendre un tel risque, mais les gens ordinaires n’aimaient pas regarder la valeur de leurs obligations évoluer.

Lorsque le secrétaire Henry Morgenthau, fils, développa le programme d’obligations d’épargne des États-Unis, il voulut que chaque obligation d’épargne soit non négociable. Cela signifiait que les investisseurs ne pouvaient pas vendre des obligations d’épargne à d’autres investisseurs. Au lieu de cela, les obligations d’épargne représentaient un contrat entre l’acheteur initial et le gouvernement des États-Unis. Ce contrat n’a pas pu être transféré. En échange, la valeur des obligations d’épargne ne fluctuerait jamais. Les investisseurs seraient en mesure d’encaisser leurs obligations d’épargne et de recevoir le capital initialement investi, plus les intérêts dus.

Combiné à la promesse que les obligations d’épargne perdues puissent être réémises ou remplacées, le programme est devenu instantanément populaire.
Baby Bonds: Les premières obligations d’épargne du pays

Les États-Unis ont émis leurs premières obligations d’épargne en quatre séries successives – obligations d’épargne de série A, obligations d’épargne de série B, obligations d’épargne de série C et obligations d’épargne de série D – qui ont toutes été créées et vendues de 1935 à 1941. Ces obligations “, comme les premières obligations d’épargne ont été appelées, ont été vendues à des investisseurs dans des coupures allant de 25 $ à 1 000 $, représentant environ 75% de la valeur nominale, la totalité de la valeur nominale étant reçue à échéance dix ans plus tard. Cela s’est traduit par un taux de rendement annuel composé de 2,9% pour les détenteurs d’obligations d’épargne.

Les obligations ont cessé de générer des intérêts en avril 1951.

Ces obligations d’épargne des séries A à D ont été vendues par les bureaux de poste, et non par les banques telles que les obligations d’épargne modernes, ainsi que par le publipostage et certaines publicités dans des magazines. Ces premières obligations d’épargne ont remporté un tel succès qu’elles ont permis de recueillir 4 milliards de dollars. Ajusté pour l’inflation, cela représente plus de 60 milliards de dollars aujourd’hui. Cela prouvait une fois pour toutes que l’idée d’offrir aux petits investisseurs des obligations d’épargne abordables et protégées du marché était un moyen viable de servir l’intérêt public tout en finançant le gouvernement.
La fin des obligations de naissance et la montée des obligations d’épargne série E

Au milieu de la Seconde Guerre mondiale, confronté à une énorme augmentation de la dette publique, le département du Trésor s’est rendu compte qu’il était nécessaire de créer un mécanisme de financement beaucoup plus large et a décidé d’élargir la portée du programme d’obligations d’épargne. Les obligations d’épargne de série A à D ont pris fin et les obligations d’épargne de série E ont été introduites, avec des volontaires de stars hollywoodiennes, de journaux, de banquiers, de dirigeants de communautés et d’autres médias s’efforçant d’encourager activement les citoyens américains à investir dans les obligations d’épargne. pour aider à payer pour la guerre.

Les dirigeants des plus grandes entreprises américaines ont travaillé d’arrache-pied pour que leurs employés s’inscrivent au programme de paie des obligations d’épargne, ce qui leur permettrait d’économiser un pourcentage défini de leur chèque de paie et de faire investir automatiquement l’argent dans les nouvelles obligations d’épargne de série E.

Selon le Trésor américain, les nouvelles obligations d’épargne de la série E étaient à l’origine appelées «obligations de défense» en 1941, «obligations de guerre» de 1942 à 1945 et, plus tard, uniquement des obligations d’épargne régulières. Quelques années après son introduction, les nouvelles obligations d’épargne sont devenues l’investissement le plus largement détenu et le plus populaire de l’histoire du monde. Des dizaines de millions de ménages américains ont utilisé leur argent pour investir dans des obligations d’épargne de série E.

Les premières obligations d’épargne de série E ont été émises avec une échéance de 10 ans, mais ont ensuite été étendues à 30 ou 40 ans en fonction de la date d’émission. Les dernières obligations de série E ne devraient plus générer d’intérêts en 2010. En 1980, les obligations d’épargne de série E ont été abandonnées et remplacées par les obligations d’épargne de série EE, qui sont toujours émises aujourd’hui.
Autres séries d’obligations d’épargne émises

Tout au long de l’histoire du pays, des obligations d’épargne supplémentaires ont été émises. Les obligations d’épargne de série F et les obligations d’épargne de série G ont été libérées entre 1941 et 1952. Les obligations d’épargne de série J et de série K ont été émises entre 1941 et 1957. Les Bons d’épargne, également appelés actions de liberté, ont été libérés de mai 1967 à octobre 190. Les obligations d’épargne de série H, qui permettaient aux détenteurs d’obligations d’épargne de série E de se refinancer, ont été émises entre juin 1952 et décembre 1979. Les obligations d’épargne de série H ont été remplacées par des obligations d’épargne de série HH en janvier 1980 et se sont poursuivies jusqu’en août 2004, ils ont été abandonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *